Les Noms D Allah Explication Essay

On By In 1

GLOIRE,subst. fém.

I.
A. −Célébrité éclatante due à des qualités ou des actions estimées d'un large public.Gloire durable, éclatante, immortelle, littéraire, militaire, naissante; gloire et honneur, amour de la gloire; heure, jour de gloire; être avide de gloire, être au sommet de la gloire, se couvrir de gloire.Le génie n'en veut qu'à la gloire, et la gloire ne jaillit que de l'opinion publique (Staël, Consid. Révol. fr., t. 1, 1817, p. 33).C'est la recherche de la notoriété que je veux dire : réputation, gloire, toute publicité suivie d'avantages flatteurs (Barrès, Barbares,1888, p. 182) :

1. Saint-Sulpice doit son origine à un homme dont le nom n'est point arrivé à la grande célébrité; car la célébrité va rarement chercher ceux qui ont fait profession de fuir la gloire et dont la qualité dominante a été la modestie. Renan, Souv. enf.,1883, p. 200.

P. personnification [Avec une majuscule]Dégagé des liens terrestres et soutenu par la Vertu, le Génie parvient au séjour de la Gloire, son but suprême (Delacroix, Journal,1851, p. 440).Gloire distribuant des couronnes [titre d'une œuvre du peintre Paul Delaroche] (Bourget, Essais psychol.,1883, p. 152).

1.Locutions

a)Loc. verb.Faire la gloire de qqn.Contribuer à la célébrité de quelqu'un.Des essais qui eussent fait la gloire des plus grands hommes de l'antiquité (Proudhon, Syst. contrad. écon., t. 1, 1846, p. 312).Les immenses godasses qui firent la gloire de Charlot (Lhote, Peint. d'abord,1942, p. 24).

b)Locution subst.Pour la gloire.Pour rien.Synon. pour des prunes (fam.).Nous nous faisons du tourment pour la gloire (LaVarende, Homme aux gants,1943, p. 364).Travailler pour la gloire.Travailler de façon désintéressée, sans profit. (Ds Davau-Cohen 1972, Lar. Lang. fr.).Synon. travailler pour le roi de Prusse (fam.).

2.P. méton.Personne célèbre.Synon. célébrité.Un monument commémoratif des gloires de l'Empire (A. France, Bonnard,1881, p. 395).Il y avait eu des gloires médicales, les grands noms lui revenaient, Hippocrate, Ambroise Paré, et tant d'autres (Zola, Joie de vivre,1884, p. 842).Les hautes gloires de la science et des lettres françaises (Bremond, Hist. sent. relig., t. 3, 1921, p. 192).

B. −Vieilli.[Avec une valeur atténuée, parfois iron.]Réputation qui s'attache aux mérites, aux actes particulièrement estimables.Synon. honneur.Impossible que je quitte mon sambayon; il y va de ma gloire et de votre entremets (Toepffer, Nouv. genev.,1839, p. 411).

C. −

1.Ce qui assure le renom (vrai ou imaginaire) de quelqu'un; source, motif de célébrité.Ce vieux cliché qu'on nous sort tous les ans : la sculpture est la gloire de la France (Huysmans, Art mod.,1883, p. 97).

2.Ce qui rend une personne digne d'estime.Synon. mérite.Sa gloire est d'avoir formé en M. Le Hir un élève qui, héritier de son vaste savoir, y joignit la connaissance des travaux modernes (Renan, Souv. enf.,1883, p. 270).Une dizaine de critiques se disputèrent soudain la gloire d'avoir découvert son talent (Camus, Exil et Roy.,1957, p. 1627).

Loc. verb., vieilli.Faire gloire à qqn de qqc.Accorder à quelqu'un le mérite de quelque chose.Le patriotisme de l'ecclésiastique, son consentement à faire la guerre, sont des choses dont, très évidemment, les laïcs modernes lui font gloire (Benda, Trahis. clercs,1927, p. 269).

II.
A. −[Idée que l'on se fait de sa propre gloire]Personne ou chose dont on est fier, satisfaction d'amour-propre.Synon. fierté.Yann était son aîné, son préféré, sa gloire (Loti, Pêch. Isl.,1886, p. 314).
Loc. verb.

Mettre sa gloire à faire qqc.Mettre son point d'honneur à faire quelque chose.La tâche d'un écrivain est de concevoir les passions, puisqu'il met sa gloire à les exprimer (Balzac, Illus. perdues,1843, p. 572).Un homme qui aurait dû mettre sa gloire à faire vite fortune (Zola, Pot-Bouille,1882, p. 243).

Se faire, tirer gloire de qqc.Tirer une légitime fierté de quelque chose.J'ai été contre la guerre, et je m'en fais gloire (Renan, Drames philos.,1888, p. 574).

B. −Péj.Orgueil exagéré.Synon. suffisance, vanité.Fausse, sotte, vaine gloire; avoir trop de gloire pour faire qqc.La gloire le perdra (Ac. 1798-1878).

Par gloire.Par ostentation.Ce n'est pas par gloire qu'il a dit cela, qu'il a fait cela (Ac. 1932).

Loc. verb.Se faire gloire de qqc.Se prévaloir avec ostentation de quelque chose.Synon. se targuer, se vanter de qqc.Voilà comment les Simion firent une grande et belle cure qui aurait honoré bien des docteurs. Mais étant gens sans bruit, ils ne songèrent même pas à en tirer gloire (Pourrat, Gaspard,1922, p. 73) :

2. Le responsable désigné lui disait avoir recruté dix, vingt, cinquante partisans, il ne les voyait jamais, c'eût été contraire aux règles de sécurité, l'autre pouvait aussi bien les avoir inventés de toutes pièces, par vantardise ou pour toucher des subsides, étaient-ce bien eux qui avaient fait le sabotage dont leur chef revendiquait le mérite? Il arrivait que plusieurs organisations se fissent gloire d'un même succès. Vailland, Drôle de jeu,1945, p. 179.

III.
A. −Grand éclat.Synon. prestige.Il [Xénophon] (...) diminue surtout la gloire de la victoire de Mantinée (Michelet, Journal,1820, p. 77).Rappelez-vous la formule finale du serment olympique : « ... pour l'honneur de notre pays et la gloire du sport » (J.-R. Bloch, Dest. S.,1931, p. 129).

En partic., littér., domaine moral.Rayonnement.Synon. allégresse.Les deux amoureux s'en allaient triomphants, dans leur gloire (Zola, Œuvre,1886, p. 164).

B. −P. ext.Éclat qui s'attache à l'être extérieur, beauté éclatante.Synon. lustre, magnificence, splendeur.Théodore de Banville célèbre (...) la gloire et la beauté des choses dans des rythmes magnifiques et joyeux (Lemaitre, Contemp.,1885, p. 29).Catherine émergea du pyjama d'Alexis dans toute la gloire de ses seins ronds, de ses longues jambes lisses (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 172).
En partic.[P. réf. aux domaines relig. et B.-A. infra IV B]Grand rayonnement de lumière.La rive gauche, les îles, les édifices, se découpaient en une ligne noire, sur la gloire enflammée du couchant (Zola, Œuvre,1886, p. 109).Un large bras de lac où la gloire du couchant doré se reflète (Gide, Voy. Congo,1927, p. 838).V. aussi chair ex. 14.

Au plur., littér.Jeux de lumière.Il faisait une de ces belles matinées de printemps, alternées d'averses et de gloires ensoleillées (Cendrars, Bourlinguer,1948, p. 136).

C. −Sans gloire.Qui manque d'éclat; p. ext. qui est banal.Elle servait des viandes invariées dans des sauces sans gloire (Huysmans, Cathédr.,1898, p. 110).Des pauvres paroles sans gloire, mais du moins illuminées de charité (Bernanos, Imposture,1927, p. 515).J'aime ce quartier sans gloire et sans pittoresque (Arnoux, Rêv. policier amat.,1945, p. 238).

IV. −Emplois spéciaux
A. −RELIGION
1.Splendeur divine.Que la gloire de Dieu est immense (Claudel, Annonce,1948, IV, 2, p. 214).Tu célèbres la gloire de Dieu, tu chantes sa force et sa bonté (Aymé, Cléramb.,1950, I, 10, p. 65).Il n'y avait d'autre occupation raisonnable que de contempler à longueur de temps la gloire de Dieu (Beauvoir, Mém. j. fille,1958, p. 76) :

3. Je ne puis admettre, messieurs, que vous vous serviez, pour chanter la gloire de Dieu, d'un instrument qui a servi toute la semaine à faire danser des jeunes filles. Maupass., Contes et nouv., t. 2, Nos Angl., 1885, p. 55.

Locutions
a)Rendre gloire à Dieu.Célébrer la splendeur divine.Synon. glorifier.La providence l'avait amenée là pour rendre gloire à Dieu et faire punir le crime (Balzac, Méd. camp.,1833, p. 164).

P. ext.Rendre gloire à (suivi d'un compl. désignant un inanimé abstr.).Exalter.Rendre gloire à la vérité (Ac.1932).

b)Gloire à Dieu.[Formule qui célèbre la splendeur divine]Gloire à Dieu qui a donné l'intelligence, l'amour, la force à ses enfants (Lamennais, Paroles croyant,1834, p. 129).Gloire au Très-Haut! Lui seul est éternel (Leconte deLisle, Poèmes trag.,1886, p. 8).Mon Dieu, vous qui fîtes le ciel et la rosée (...). Gloire à vous dans le ciel et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté (A. France, Bonnard,1881, p. 485).

P. ext.Gloire à (suivi d'un compl. désignant une pers., un inanimé abstr.).[Formule d'hommage, d'admiration]Hommage, gloire et richesse à la vertu (Maupass., Contes et nouv., t. 2, Rosier MmeHusson, 1887, p. 692).Gloire aux penseurs (Giraudoux, Simon,1926, p. 167).Gloire aux hommes de bonne volonté (Bernanos, Imposture, 1927, p. 395).

2.Élévation des élus à la splendeur divine, béatitude céleste.S'ils [le chamelier divin et le bon corroyeur, Aly, le saint d'Allah] vivent dans la gloire éternelle et sans voiles, Pour le monde orphelin ils sont morts tout entiers (Leconte deLisle, Poèmes trag.,1886, p. 4).Thérèse propose à ses religieuses de gagner l'immortalité dans le ciel, la gloire éternelle, en accomplissant sur la terre des actions grandioses, des actions audacieuses et belles (Barrès, Cahiers, t. 12, 1919, p. 196) :

4. ... un ange vint lui expliquer cette vision de l'Assomption, qui devait être à la fois une faveur d'en haut pour la soutenir dans ses malheurs actuels, et un doux présage de la gloire que Dieu lui réservait, comme à Marie, si elle restait jusqu'à la fin fidèle et docile à sa volonté. Montalembert, Ste Elisabeth,1836, p. 174.

Séjour de gloire.Paradis.Il [Jésus] quittait la prison pour le séjour de gloire (Péguy, Myst. charité,1910, p. 71).

3.Rayonnement de lumière accompagnant les apparitions célestes.Je voyais le Christ à la droite de son père, rayonnant d'une gloire immortelle (Lamennais, Paroles croyant,1834, p. 275) :

5. ... une lumière surnaturelle entr'ouvrit les nuées : au milieu d'une gloire, on aperçut une femme céleste portant un enfant dans ses bras, et calmant les flots par un sourire. Chateaubr., Martyrs, t. 3, 1810, p. 120.

B. −BEAUX-ARTS
1.Auréole enveloppant le corps du Christ, dans certaines représentations artistiques.Christ en gloire.Tandis qu'éternelle et adorable profondeur améthyste Tourne à jamais la flamboyante gloire du Christ (Apollinaire, Alcools,1913, p. 40) :

6. Le Crucifix se dresse, ineffablement doux, Sur sa croix peinte en vert aux arêtes dorées, Et la gloire d'or sombre en langues échancrées Flue autour de la tête et des bras étendus... Verlaine, Œuvres compl., t. 2, Amour, 1888, p. 25.

a)P. ext.Auréole entourant la tête d'un personnage divin ou d'un saint.Synon. nimbe.Ces vierges byzantines que j'ai vues, avec leur gloire d'or (Quinet, All. et Ital.,1836, p. 30).Ces gloires munies de rayons, placées dans les églises, derrière l'occiput des Vierges (Huysmans, En mén.,1881, p. 59).

b)P. anal.Ce qui entoure la tête, la silhouette d'une sorte d'auréole.Synon. halo.Son visage le remplit [un voile blanc] de lumière, et la gaze dont elle semble se cacher lui fait une gloire qui l'illumine (Taine, Notes Paris,1867, p. 332).

2.Faisceaux de rayons divergents d'un triangle symbolisant la Trinité ou d'un ovale contenant la colombe du Saint-Esprit ou l'image d'un saint.La gloire du Bernin.On appelle gloire un amas de rayons dorés. Cet ornement, qui environne l'hostie consacrée dans un ostensoir, est une gloire (Stendhal, Prom. ds Rome, t. 1, 1829, p. 142).Brûlant comme une gloire de tabernacle (Zola, Rêve,1888, p. 53).À la manière du triangle doré des gloires dans une église de campagne (Jouhandeau, M. Godeau,1926, p. 186).

3.Représentation picturale d'un ciel peuplé d'anges et de saints.Peindre des gloires; une gloire du Tintoret, du Titien; la gloire du Val-de-Grâce.Au milieu du premier étage, le recouvrant presque en entier, démesurément grande, une gloire rayonnait, avec, au centre, la tête de saint Jean-Baptiste, portée par les anges (Triolet, Prem. accroc,1945, p. 58) :

7. Le comble du luxe ecclésiastique était de suspendre sur le maître autel ces « gloires » qui explosent, projetant des rayons dorés parmi des nuages ronds, où volètent des têtes ailées de gros bébés. Hourticq, Hist. Art, Fr., 1914, p. 285.

C. −THÉÂTRE.Élément du décor théâtral consistant en une machine suspendue et entourée de nuages artificiels permettant d'évoquer les apparitions célestes.Descendre dans une gloire (Ac. 1835-1932).La chimère se dressa, ouvrit les ailes et lentement monta dans une gloire électrique (Péladan, Vice supr.,1884, p. 219) :

8. Le critique incisif et plein de verve qui passe tous les huit jours sa plume de fer à travers les gloires en carton du théâtre, les actrices en bois, et les pièces en patois... Goncourt, Ch. Demailly,1860, p. 118.

REM. 1.

Gloriette,subst. fém.,vx,rare.Gloire de peu d'importance.Nous ne savons pas si nos gloriettes ne sont pas des affaires de mode, et il n'y a rien de plus affreux que de se voir le revenant de sa propre gloire (Balzac, Corresp.,1835, p. 759).

2.

Gloriomanie,subst. fém.,péj.[Correspond à I B supra]Manie de la gloire.Je ne te gronde point dans cette lettre sur ta gloriomanie : c'est une maladie comme la fièvre jaune ou la pleurésie (J. deMaistre, Corresp.,1810, p. 500).V. gloriette ex. 1.

Prononc. et Orth. : [glwa:ʀ]. Ds Ac. 1694-1932. Étymol. et Hist. 1. Ca 1050 glorie « béatitude céleste » (Alexis, éd. Chr. Storey, 295); 1622 terme de peint. (R. François [E. Binet], Essay des merveilles de nature, p. 312); 2. 1130-40 « renommée, célébrité » (Wace, Conception Notre-Dame, éd. W.R. Ashford, 1053); 1639 « personne célèbre » (Rotr., Antig., II, 2 ds Littré); 3. fin xiies. vaine glorie « présomption, vanité » (Vie d'Edouard le Confesseur, 52 ds T.-L.); 4. ca 1160 « éclat, lustre, magnificence » (Eneas, 4645, ibid.). Empr. au lat.gloria « renom, réputation; désir de la gloire », spéc. « majesté, splendeur (de Dieu); béatitude éternelle (de Dieu et des élus); palme du martyre; honneur, glorification » en lat. chrétien. Fréq. abs. littér. : 8 987. Fréq. rel. littér. : xixes. : a) 19 823, b) 10 947; xxes. : a) 12 171, b) 8 117. Bbg. Barber (W.H.). Patriotisme and Gloire in Corneille's Horace. Mod. Lang. R. 1951, t. 46, pp. 368-378. - Bucklin (L.B.). Gloria. Nueva Revista de Filología Hispánica. 1954, t. 8, pp. 71-77. - Gougenheim (G.). La Relatinisation du vocab. fr. Annales de l'Univ. de Paris. 1959, pp. 8-10. - Joukovsky (F.). La Gloire ds la poésie fr. et néo-latine du 16es. Genève-Paris, 1969, 637 p. - Joukovsky-Micha (F.). La Notion de vaine gloire de Simund de Freine à Martin Le Franc. Romania. 1968, t. 89, pp. 1-30. - Kell (B.). Die Bedeutung des Wortes gloire bei der Plejade. Diss. Würzburg, 1947, 135 p. - Kuehn (E.). The Functioning ambivalence of la gloire in Bossuet's Oraison funèbre d'Henriette d'Angleterre. Romance Notes. 1971, t. 12, pp. 377-380. - Lida deMalkiel (M.R.). L'Idée de gloire ds la tradition occ. Paris, 1968, 310 p. - Nadal (O.). Le Sentiment de l'amour ds l'œuvre de P. Corneille. Paris, 1948, pp. 299-315.

بِسْمِ اللهِ الرَّحْمَنِ الرَّحِيم

La louange est à Dieu le Créateur du monde Celui Qui existe sans début, sans fin, sans endroit, sans comment et ne dépend pas du temps, rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit, quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent, et que l’élévation en degré et la préservation de sa communauté de ce qu’il craint pour elle soient accordées à notre maitre MouHammad Al-‘Amîn, l’Honnête, celui qui a appelé à la religion de vérité, l’islam la religion de tous les Prophètes du premier ‘Adam au dernier MouHammad.

Allâh Ta`âlâ dit dans le Qour’ân :

﴿لَيْسَ كَمِثْلِهِ شَىْءٌ وَهُوَ السَّمِيعُ البَصِيرُ﴾

Ce qui signifie : « Rien n’est tel que Lui et Il est Celui Qui entend et Qui voit » , [ sôurat ach-Chôurâ, ‘âyah 11], et Il dit aussi :

﴿وَللهِ الأَسْمَاء الْحُسْنَى فَادْعُوهُ بِهَا﴾

Ce qui signifie : « Allâh a les noms parfaits, invoquez Le par ces noms » , [ sôurat al-â`râf, ‘âyah 180], al-Boukhâriyy et Mouslim ont rapporté que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« إن لله تعالى تسعةً وتسعينَ اسمًا مائةً إلا واحدًا من أحصاها دَخَلَ الجنةَ »

Ce qui signifie : « Allâh a 99 noms celui qui les connaît par cœur en croyant à leurs signification, rentrera au paradis ».

At-Tirmîdhiyy a rapporté d’après Abôu Hourayrah que le Messager de Allâh Salla l-Lâhou `alayhi wa sallam a dit :

« إن لله تسعة وتسعين اسمًا مائةً إلا واحدًا من أحصاها دخل الجنة وهو وتر يحب الوتر هو الله الذي لا إله إلا هو الرحمنُ، الرحيمُ، المَلِكُ، القُدُّوسُ، السلامُ، المؤمِنُ، المُهَيمِنُ، العزيزُ، الجَبَّارُ، المتَكَبّرُ، الخَالِقُ، البارىءُ، المصوِّرُ، الغَفَّارُ، القَهَّارُ، الوهَّابُ، الرزّاقُ، الفتّاحُ، العليمُ، القابِضُ، البَاسِطُ، الخافِضُ، الرافِعُ، المُعِزُّ، المُذِلُّ، السميعُ، البصيرُ، الحَكَمُ، العَدْلُ، اللطيفُ، الخَبِيرُ، الحَلِيمُ، العظيمُ، الغفورُ، الشكورُ، العلي، الكبيرُ، الحَفِيظُ، المُقيتُ، الحَسِيبُ، الجليلُ، الكَريمُ، الرقيبُ، المجيبُ، الواسعُ، الحكيمُ، الودودُ، المَجيدُ، البَاعِثُ، الشهيدُ، الحقُّ، الوكيلُ، القويُّ، المتينُ، الوليُّ، الحميدُ، المُحْصي، المبدىءُ، المعيدُ، المُحيي، المميتُ، الحيُّ، القيُّومُ، الواجدُ، الماجدُ، الواحدُ، الصَّمَدُ، القادِرُ، المقتدِرُ، المقَدِّمُ، المؤخّرُ، الأولُ، الآخِرُ، الظاهرُ، الباطنُ، الوالي، المتعالي، البرُّ، التوابُ، المنتقمُ، العَفوُّ، الرءوفُ، مالكُ الملكِ ذو الجلالِ والإكرام، المقْسِطُ، الجامعُ، الغنيُّ، المغني، المانعُ، الضارُّ، النافعُ، النورُ، الهادي، البديعُ، الباقي، الوارثُ، الرشيدُ، الصَّبورُ، الكافي »

Ce qui signifie : « Allâh a 99 noms celui qui les connaît par cœur en croyant à leurs signification, rentra au paradis, Il est Allâh, et il n’y a pas d’autre Dieu que Lui, Ar-RaHmân, Ar-RaHîm, Al-Malik, Al-Qouddôus, As-Salâm, Al-Mou’min, Al- Mouhaymin, Al-`Azîz, Al-Jabbâr, Al-Moutakabbir, Al-Khâliq, Al- Bâri’, Al-MouSawwir, Al-Ghaffâr, Al-Qahhâr, Al-Wahhâb, Ar- Razzâq, Al-FattâH, Al-`Alîm, Al-QâbiD, Al-BâsiT, Al-KhâfiD, Ar- Râfi`, Al-Mou`izz, Al-Moudhill, As-Samî`, Al-BaSîr, Al-Hakam, Al-`adl, Al-LaTîf, Al-Khabîr, Al-Halîm, Al-`adhîm, Al-Ghafôur, Ach-Chakôur, Al-`Aliyy, Al-Kabîr, Al-Hafîdh, Al-Mouqît, Al-Hasîb, Al-Jalîl, Al-Karîm, Ar-Raqîb, Al-Moujîb, Al-Wâsi`, Al-Hakîm, Al- Wadôud, Al-Majîd, Al-Bâ`ith, Ach-Chahîd, Al-Haqq, Al-Wakîl, Al- Qawiyy, Al-Matîn, Al-Wâlî, Al-Hamîd, Al-MouHSî, Al-Moubdi’, Al-Mou`îd, Al-MouHyi, Al-Moumît, Al-Hayy, Al-Qayyôum, Al- Wâjid, Al-Mâjid, Al-WâHid, AS-Samad, Al-Qâdir, Al-Mouqtadir, Al-Mouqaddim, Al-Mou‘akhkhir, Al-‘Awwal, Al-‘Âkhir, Adh-dhâhir, Al-BâTin, Al-Wâlî, Al-Mouta`âlî, Al-Barr, At-Tawwâb, Al- Mountaqim, Al-`Afouww, Ar-Ra’ôuf, Mâlikou l-Moulk, Dhou l-Jalâli wal-‘Ikrâm, Al-MouqsiT, Al-Jâmi`, Al-Ghaniyy, Al-Moughnî, Al- Mâni`, AD-Dârr, An-Nâfi`, An-Nôur, Al-Hâdî, Al-Badî`, Al-Bâqî, Al-Wârith, Ar-Rachîd, AS-Sabôur, Al-Kâfî », Le Hadîth a plusieurs versions ce qui fait plus de 99 noms.

Remarque importante : Les Noms de Dieu on les appelle aussi les Attributs de Dieu sauf le nom Allâh on ne dit pas attribut, on dit Nom. Par ailleurs les Noms de Dieu sont en deux catégories : une catégorie qu’on ne peut pas appeler autre que Dieu avec et une autre qu’on peut appeler autre que Dieu avec (bien sûr avec un autre sens que celui qui est pour Dieu) ; de la première catégorie il y a : Allâh, Ar-RaHmân, Al-Qouddôus, Al-Khâliq, Ar-Râziq, Mâlikou l-Moulki, Dhou l-Jalâli wa l-‘Ikrâm, Al-MouHyî, Al-Moumît, on ne peut appeler que Dieu avec ces noms ; cependant la plus part des noms on peut appeler autre que Dieu avec, ainsi la personne peut appeler son fils : raHîm, salam, karîm ou ra’ôuf.

De même le nom al-Moutakabbir au sujet de Dieu n’a pas le même sens qu’au sujet des créatures, le nom de Allâh Al-Moutakabbir veut dire Celui Qui est tout puissant et Qui est exempt des attributs des créatures. Et quand ce terme est employé au sujet des créatures cela veut dire orgueilleux. Donc devient mécréant celui qui dit que Dieu est orgueilleux.

De même le nom al-Jabbâr au sujet de Dieu n’a pas le même sens qu’au sujet des créatures, le nom de Allâh Al-Jabbâr veut dire Celui a Qui rien ne peut nuire, donc ce terme indique la perfection au sujet de Dieu. Et quand ce terme est employé au sujet des créatures cela veut dire oppresseur, injuste. Donc devient mécréant celui qui dit que Dieu est oppresseur ou injuste

Les savants de l’Islam tel que ‘abôu Ja`far aT-TaHâwiyy ont dit ce qui signifie : « Celui qui attribut à Dieu, un des sens des humains certes est devenu mécréant ».

Il faut savoir qu’il y a des choses qui font sortir de l’Islam, comme insulter Dieu, les Prophètes, les Anges ou, se dire non musulman même en plaisantant…Aussi, attribuer à Dieu la direction, la quantité, le changement. Ceci consiste à attribuer à Dieu ce qui n’est pas digne de Lui et cela fait donc sortir de l’Islam.

Allâh Ta`âlâ, dit dans le Qour’ân :

﴿وَلَقَدْ قَالُواْ كَلِمَةَ الْكُفْرِ وَكَفَرُواْ بَعْدَ إِسْلاَمِهِمْ﴾

Ce qui signifie : « Ils ont dit la parole de mécréance, ils sont devenus mécréants après avoir été musulmans » , [Sôurat At-Tawbah, ‘âyah 74].

Pour revenir à l’Islam, il faut prononcer les deux témoignages en délaissant la mécréance ; les deux témoignages sont :
« Il n’est de dieu que Dieu et MouHammad est le Messager de Dieu », et si la personne ne sait pas dire correctement MouHammad elle appelle le Prophète par son surnom à savoir Abou l-Gâcim, ainsi elle dit : il n’est de dieu que Dieu et Abou l-Gâcim est le Messager de Dieu. Voir: Comment le Musulman Préserve sa Foi. Éviter Apostasie, Mécréance, Blasphème.

Remarque: Les Noms de Allâh sont plus que 99 mais il y en a certains Dieu nous a fait savoir et d’autres non. Les Attributs de Dieu ne sont pas limités par un nombre mais parmi les attributs de Dieu, il y a treize attributs qu’il est un devoir de connaitre (c’est à dire de connaitre leurs sens), voir : Les Attributs de Dieu Allâh

Allâh est un Nom propre qui désigne l’Être glorifié, Qui mérite l’extrême glorification, Qui mérite l’extrême limite de l’humilité et de la soumission, Celui Qui a la Divinité, la puissance pour créer c’est-à-dire faire passer du néant à l’existence.

Le terme dieu est spécifique à Dieu et l’attribuer à autre que Dieu est de la mécréance même si c’est par plaisanterie ou dans un sens figuré.

Ar-RaHmân c’est-à-dire Celui Qui est très miséricordieux envers les croyants c’est-à-dire les musulmans et les mécréants c’est-à-dire les non-musulmans dans ce bas monde et envers les croyants uniquement dans l’au-delà, spécifiquement aux croyants dans l’au-delà. Ar-RaHmân est aussi un nom spécifique à Dieu

Ainsi dans cette vie Allâh fait miséricorde aux musulmans et aux non-musulmans. Même l’air que respirent les mécréants est une miséricorde de Dieu mais dans l’au-delà, la miséricorde est spécifique aux musulmans. Donc il n’est pas permis de demander miséricorde pour celui qui meurt non-musulman car Dieu ne pardonne pas à celui qui meurt mécréant.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân :

﴿وَرَحْمَتِي وَسِعَتْ كُلَّ شَيْءٍ فَسَأَكْتُبُهَا لِلَّذِينَ يَتَّقُونَ﴾

ce qui signifie :  » La miséricorde de Dieu dans cette vie concerne le musulman et le non-musulman et elle est spécifique au musulman dans l’au-delà « , [sôurat al-‘a`râf ‘âyah 156].

Ar-RaHîm c’est-à-dire Celui Qui est très miséricordieux uniquement envers les croyants dans l’au delà.

Al-Malik : c’est-à-dire que Allâh est attribué d’une souveraineté parfaite. Et Sa Souveraineté est éternelle, exempte de début et exempte de fin. Et la souveraineté que Dieu accorde à l’esclave dans ce bas-monde est créée et s’anéantit.

Al-Qouddôus : c’est-à-dire Celui Qui est exempt de l’associé et des attributs des créatures ; Ainsi Il n’a pas besoin de l’endroit et ne dépend pas du temps. Il est le Créateur de l’endroit et du temps et de toutes les créatures. Et Il est exempt de toute imperfection.

As-salâm : c’est-à-dire Celui Qui est exempté de toute imperfection, ainsi Il n’est pas attribué de l’injustice, ou de l’enfant ni de l’associé. Ainsi Il n’est pas attribué de l’injustice, l’injustice est impossible s’agissant de Dieu.

Al-Mou’min : c’est Celui Qui est véridique en ce Qu’Il promet à Ses esclaves et réalise ce Qu’Il a promis.

Al-Mouhaymin : c’est-à-dire Celui Qui est témoin sur Ses créatures de ce qu’ils ont fait et de ce qui est provenu d’eux comme parole ou acte ou croyance.

Al-`Azîz : c’est Celui Qui est puissant, Qui n’est pas vaincu. Ainsi tout ce que Dieu a voulu, se réalise immanquablement.

Al-Jabbâr : c’est Celui Qui accorde aux créatures ce dont ils ont besoin et aussi cela a le sens que rien d’autre que ce que Dieu a voulu n’a lieu, il n’y a pas quelques choses qui se réalise sans que Dieu l’ai voulu. Et comme nous l’avions dit Al-Jabbâr au sujet de Dieu n’a pas le même sens qu’au sujet des créatures. Au sujet des créatures al-jabbâr veut dire oppresseur mais au sujet de Dieu cela ne veut pas dire oppresseur car attribuer cela à Dieu est de la mécréance, ceci n’est pas digne de Dieu.

Al-Moutakabbir : c’est Celui Qui est tout puissant , Qui est totalement exempt des attributs des créatures. Et comme nous l’avions dit Al-Moutakabbir au sujet de Dieu ne veut pas dire orgueilleux, ceci est un sens spécifique aux créatures et attribuer cela à Dieu est de la mécréance, et celui qui commet la mécréance ne revient à l’Islam qu’en prononçant les deux témoignages en délaissant la mécréance : il n’est de dieu que Dieu et MouHammad est le Messager de Dieu.

Al-Khâliq : c’est-à-dire Il est Celui Qui fait passer toute chose du néant à l’existence, il n’est de créateur dans ce sens si ce n’est Dieu, seul Dieu fait passer les choses du néant à l’existence.

Allâh Ta`âlâ dit dans le Qour’ân :

﴿ هَلْ مِنْ خَالِقٍ غَيْرُ اللهِ ﴾

(hal min khâliqin ghayrou l-Lâh)

Ce qui signifie : « Il n’y a pas de créateur autre que Allâh » , [sôurat FâTir ‘âyah 3].

Ainsi Dieu a créé les corps palpables et les corps impalpables et leurs caractéristiques. Les corps palpables : tel que les pierres, les plantes et les humains. Les corps impalpables : tel que la lumière, l’obscurité, les âmes, les anges, les jinns. Et les caractéristiques des corps comme le mouvement, l’immobilité, le goût, l’odeur, la couleur, le sentiment, donc tout est créé par Dieu.

Allâh ta`âlâ dit :

﴿ وَاللهُ خَلَقَكُم وَمَا تَعْمَلُونَ ﴾

Ce qui signifie : « Allâh vous a créé et ce que vous faites » , [sôurat AS-Saffât ‘âyah 96].

Allâh est le Créateur du bien et du mal, mais Dieu agréé le bien et Il n’agréé pas le mal, Il fait ce qu’Il veut, Il n’a pas de compte à rendre.

Al-Bâriy’ : c’est-à-dire Qu’Il a créé les créatures non pas sur un exemple précédent.

Al-MouSawwir : c’est-à-dire Celui Qui a créé les créatures avec des images différentes, avec des aspects différents qui se distinguent par leur différence et leur multiplicité.

Al-Ghaffâr : c’est Celui Qui pardonne les péchés.

Remarque importante : Allâh nous a appris dans le Qour’ân, Qu’Il ne pardonne pas à celui qui meurt mécréant, c’est-à-dire non-musulman, Allâh ne lui pardonne pas la mécréance.

Al-Qahhâr : c’est Celui Qui contraint les créatures par la mort.

Al-Wahhâb : c’est Celui Qui accorde avec profusion, c’est-à-dire récompense à ceux qui ont obéi comme grâce de Sa part.

Al-Razzâq : c’est Celui Qui accorde la subsistance à toutes les créatures.

Al-FattâH : c’est Celui Qui facilite à Ses créatures. C’est Celui Qui facilite aux créatures leurs affaires comme grâce de Sa part.

Al-`Alîm : c’est Celui Qui sait toute chose. Il sait les choses cachées pour nous et les choses apparentes. Il sait toutes choses. Et on ne dit pas Dieu connait mais on dit Dieu sait toute chose, rien échappe à Sa science, Il sait toute chose avant qu’elle n’arrive. Dieu ne change pas et tous Ses attributs ne changent pas. Dieu n’apprend pas des choses, Il sait toutes choses avant qu’elles n’arrivent. Attribuer à Dieu l’ignorance est de la mécréance.

A-QâbiDou Al-BâsiT : c’est Celui Qui accorde une subsistance faible par Sa Sagesse ou une subsistance large par Sa grâce.

Al-KhâfiDou Al-Râfi` : c’est Celui Qui rabaisse les oppresseurs et humilie les orgueilleux, et élève Ses saints par l’obéissance et Il leur accorde un haut degré. Le saint, c’est le musulman qui accomplit tous les devoirs et qui évite tous les interdits et qui persévère sur les oeuvres surérogatoires, qui persévère sur les oeuvres non obligatoires mais qui sont recommandées, surérogatoires.

A-Mou`izzou Al-Moudhil : c’est-à-dire que Allâh honore Ses saints, par la félicité c’est-à-dire que Allâh honore Ses saints par la félicité éternelle dans le Paradis et humilie les mécréants par le châtiment éternel en enfer.

As-Samî` : c’est Celui Qui entend toutes choses, Il entend les choses cachées pour nous et les choses apparentes, Il entend sans organe, Il entend sans oreille, ni aucun autre organe. Et Il est As-Samî` aussi, Il est Samî`ou d-dou`â’ c’est-à-dire que Dieu exauce l’invocation.

Al-BaSîr : c’est-à-dire que Allâh voit toutes choses sans comment, sans organe, sans yeux.

Al-Hakam : c’est-à-dire Celui Qui juge entre Ses créatures dans l’au-delà, il n’y a pas de juge autre que Lui, et Il est juste dans Son jugement.

Al-`Adl : c’est Celui Qui est exempt de l’injustice, de l’oppression. L’injustice est impossible s’agissant de Dieu.

Allâh ta`âlâ dit dans le Qour’ân :

وَمَا رَبُّكَ بِظَلَّامٍ لِّلْعَبِيدِ

qui signifie : « Certes Ton Seigneur n’est pas injuste envers les esclaves », [sôurat fouSSilat, ‘âyah 45].

Al-LaTîf : C’est Celui Qui est bienfaisant envers Ses esclaves d’où ils ne s’attendent pas.

Et cela a le sens aussi du miséricordieux, Il est miséricordieux envers Ses esclaves, et Il n’est pas atteint par l’imagination comme l’a dit l’Imam AHmad : « Quoi que tu puisses imaginer Dieu en est différent ».

Al-Khabîr : c’est Celui Qui sait la réalité des choses, rien ne Lui est caché, Il sait les choses dans leur totalité et dans leur détail, et renier cela est de la mécréance.

Al-Halîm : c’est Celui Qui pardonne, alors Qu’Il est capable de châtier.

Al-`ADHîm : Celui Qui est éminent, Qui mérite plus de vénération que tout autre, et Qui est exempt des attributs des créatures, Il est le plus éminent.

Al-Ghafôur : c’est Celui Qui pardonne beaucoup.

Ach-Chakôur : c’est Celui Qui récompense pour le peu d’acte d’obéissance, beaucoup de récompenses.

Al-`Aliyy : c’est Celui Qui domine Ses créatures par Sa puissance. Il est impossible à Son sujet la localisation et l’endroit, ainsi Il est le Créateur de l’endroit.

Al-Kabîr : Celui Qui est le plus éminent et Qui mérite plus de vénération que tout autre.

Al-HafîDH : Celui Qui préserve qui Il veut de la nuisance et de la perdition.

Al-Mouqît : c’est Celui Qui est Tout-puissant est Qui accorde la subsistance.

Al-Hasîb : c’est Celui Qui fait rendre des comptes aux esclaves de ce qu’ils ont fait dans ce bas-monde.

Al-Jalîl : c’est Celui Qui a l’éminence.

Al-Karîm : Celui Qui accorde beaucoup de bienfaits.

Ar-Raqîb : Celui Qui sait toute chose et rien n’échappe à Sa science.

Al-Moujîb : Celui Qui exauce celui qui est dans le besoin quand il L’invoque et Qui accorde secours à celui qui demande Son secours.

Al-Wâsi` : Celui Qui accorde une subsistance qui suffit à toutes les créatures.

Al-Hakîm : Celui Qui créé les choses selon une sagesse. Celui Qui a la sagesse absolue.

Al-Wadôud : Celui Qui agréé Ses esclaves vertueux.

Al-Majîd : Celui Qui accorde beaucoup de bienfaits et Qui est éminent.

Al-Bâ`ith : Celui Qui ressuscite les créatures après la mort et Qui les réunit pour le jour du jugement.

Ach-Chahîd : C’est Celui Qui sait tout et rien n’échappe à Sa science.

Al-Haqq : C’est Celui Qui a une existence obligatoire selon la raison, il n’y a aucun doute au sujet de Son existence.

Al-Wakîl : C’est Celui Qui accorde la subsitence aux esclaves et Qui sait leurs états.

Al-Qawiyy : C’est Celui Qui a une puissance parfaite, rien ne Le rend incappable.

Il n’est pas permis de dire que Dieu est une puissance mais on dit qu’Il a pour attribut la puissance ou qu’Il est puissant. Ainsi c’est de la mécréance de dire que Dieu est une puissance.

Al-Matîn : C’est Celui Qui n’est pas atteint par la fatigue ni la somnolence.

Al-Waliyy : C’est Celui Qui donne la victoire à Ses esclaves croyants, ainsi les Prophètes et ceux qui les suivent sont les victorieux car ce sont eux les gagnants dans l’au-delà.

Al-Hamîd : C’est Celui Qui mérite la louange et le remerciement et la glorification.

Al-MouHSî : c’est Celui Qui sait toute chose en quantité et en nombre.

Al-Moubdi’ou : C’est Celui Qui a fait passé les créatures du néant à l’existence.

Al-Mou`îd : C’est Celui Qui fait passer les créatures de la vie à la mort et de la mort à la vie.

Al-MouHyî : C’est Celui Qui fait vivre

Al-Moumît : Celui Qui fait mourir les vivants.

Al-Hayy : Celui Qui est vivant sans coeur, ni âme ni chair. Sa Vie n’a pas de début ni de fin. Il ne meurt pas et ne s’anéantit pas.

Al-Qayyôum : C’est Celui Qui est éternel Qui ne s’anéantit pas et Qui ne change pas. Celui Qui n’a pas besoin d’autrui.

Al-Wâjid : C’est Celui Qui n’a besoin de rien.

Al-Mâjid : Celui Qui est éminent et Qui accorde beaucoup de bienfait.

Al-WâHid : C’est Celui Qui est unique Qui n’a pas d’associé dans la divinité. Le Seul Qui est éternel sans début.

AS-Samad : C’est Celui Qui n’a besoin de rien et toute les créatures ont besoin de Lui.

Al-Qâdir : C’est Celui Qui est puissant sur toute chose. Rien ne le rend incapable. Par Sa puissance Il créé et Il anéantit.

Al-Mouqtadir : C’est Celui Qui est Tout puissant sur toute chose (sens très proche de Al-Qâdir).

Al-Mouqaddim : C’est Celui Qui créé certaines créatures avant d’autres créatures selon Sa sagesse absolue.

Al-Mou’akh-khir : C’est Celui Qui créé certaines créatures après d’autres créatures selon Sa sagesse absolue.

Al-’Awwal : C’est Celui Qui est éternel sans début.

Al’Âkhir : C’est Celui Qui éternel sans fin. Celui Qui ne s’anéantit pas.

ADH-DHâhir : Il est Celui Qui domine toute chose par Sa puissance. Il est exempt de l’endroit et du comment car ceux sont les attributs des créatures.

Al-BâTin : Il est Celui Qui n’est pas atteint par les imaginations. Il est le Créateur des imaginations.

Al-Wâlî : Il est Celui à Qui appartient toute chose et Sa volonté se réalise en toute chose.

Al-Mouta`âl : Il est Celui Qui est exempt des attributs des créatures et Qui domine Ses créatures par Sa puissance parfaite.

Al-Barr : Il est Celui Qui est bienfaisant envers Ses créatures. Sa bienfaisance englobe toutes Ses créatures. Il y ‘en a parmi eux qui remercient et d’autres non. Le remerciement de Dieu a lieu en ayant foi en Lui c’est à dire en étant musulman.

At-Tawwâb : Il est Celui Qui accepte le repentir à chaque fois que le repentir est répété.

Al-Mountaqim : Il est Celui Qui accorde un dure châtiment à qui ‘Il veut parmi les injustes et Il est Juste.

Al-`Afouww : Il est Celui Qui pardonne et ne châtie pas certains désobéissants.

Ar-Ra’ôuf : Il est Celui Qui est très miséricordieux.

Mâlikou l-Moulk : Il est Celui à Qui appartient les souverainetés qu’Il a accordé à certains de Ses esclaves.

Dhou l-Jalâli wa l-’ikrâm : Il est Celui Qui mérite qu’on Le glorifie. Il est Celui Qui accorde la réussite complète à Ses saints vertueux le jour dernier.

Al-MouqsiT : Il est Celui Qui est juste dans Son jugement, Qui est exempt de l’injustice et Il n’est pas interrogé sur ce qu’Il fait.

Al-Jâmi` : Il est Celui Qui réunit les créatures au jour du jugement, qui ne comporte pas de doute.

Al-Ghaniyy : Il est Celui Qui n’a pas besoin des créatures et toutes les créatures ont besoin de Lui.

Al-Moughnî : Il est Celui Qui accorde aux créatures ce dont ils ont besoin et leur subsistance.

Al-Mâni` : Il est Celui Qui prive qui Il veut de ce qu’Il veut.

AD-Dârr : Il est Celui Qui crée la nuisance pour qui Il veut.

An-Nâfi` : Il est Celui Qui crée le profit pour qui Il veut.

An-Nôur : Il est Celui Qui guide vers la lumière de la foi. C’est-à-dire que Allâh donne la foi aux habitants du ciel qui sont les anges et à qui Il veut parmi les habitants de la terre qui sont les humains et les jinn.

Allâh ta`âlâ n’est pas (nôur) dans le sens de “lumière”. En effet, c’est Lui Qui a créé la lumière.

Al-Hâdî : Il est Celui Qui guide qui Il veut parmi Ses esclaves.

Al-Badî` : Il est Celui Qui a créé les créatures sans exemple précédent.

Al-bâqî : Il est Celui Qui ne s’anéantit pas. L’anéantissement est impossible selon la raison s’agissant de Dieu.

Al-Wârith : Il est Celui Qui ne s’anéantit pas après l’anéantissement des créatures.

Ar-Rachîd : Il est Celui Qui a facilité aux créatures pour accomplir ce qui leur est profitable.

AS-Sabôur : Il est Celui Qui retarde le châtiment des désobéissants à un temps déterminé.

Al-’AHad : Il est Celui Qui est Unique, Il est exempt des attributs des créatures. Allâh n’a pas d’associé dans la divinité.

Ar-Rabb : Il est Celui à Qui appartient toute chose. On ne dit ar-Rabb avec l’article défini “Al”, que pour Dieu.

Al-Qâhir : Il est Celui Qui domine toutes les créatures par Sa puissance.

Al-Moujîb : Il est Celui Qui exauce les invocations par Sa grâce.

Al-Kâfî : Il est Celui Qui accorde la suffisance pour ce qui est nécessaire et éloigne ce qui tourmente.

Ad-Dâ’im : Il est Celui Qui ne s’anéanti pas.

As-Sâdiq : Il est Celui Qui est véridique en ce qu’Il dit et en ce qu’Il promet.

Al-MouHîT : Il est Celui Qui sait toute chose, rien n’échappe à Sa science. Et Il est Celui Qui domine toute chose par Sa puissance.

Al-Moubîn : Il est Celui Qui domine toute chose par Sa puissance, dans le même sens que ADH-DHâhir.

Al-Qarîb : Il est Celui Qui sait toute chose de Ses créatures et cela ne veut pas dire qu’Il est proche par la distance. Dieu n’est pas concerné par la distance, Il existe sans endroit.

L’obéissant est proche de l’agrément de Dieu.

Al-FâTir : Il est Celui Qui a créé les créatures, c’est-à-dire Il les a fait passer du néant à l’existence.

Al-`Allâm : Il est Celui Qui sait toute chose, dans le même sens que Al-`Alîm.

الحمد لله رب العالمين

La louange est à Allâh, le Créateur du monde.

0 comments

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *